50px
50px
Bloc texte

Un groupe féministe, citoyen, mixte, non-partisan, universaliste et pour la laïcité

Pour les Droits des Femmes Québec a été créé le 24 septembre 2013.

  • Au nom de toutes les femmes, nous voulons porter notre voix et nos revendications sur la place publique ;

Notre objectif primordial est la remise en question du système patriarcal qui opprime l’ensemble des femmes sur la base de leur sexe. Du seul fait de leur humanité, les femmes et les hommes ont une valeur et une importance intrinsèques égales et il est clair qu’une véritable démocratie ne sera possible qu'à la condition de réaliser pleinement cette parité.

  • Nous promouvons l’égalité de fait entre les femmes et les hommes ;

La persistance des inégalités reste évidente dans des domaines comme le partage des tâches, la conciliation famille-travail, la violence exercée à l’endroit des femmes, les salaires, l’accès au travail, etc.

  • Nous rassemblons toutes les femmes, au-delà de leurs différences et de la diversité de leurs besoins ;

Nous revendiquons et encore mieux, agissons, pour qu’enfin les droits de toutes les femmes soient pleinement reconnus et satisfaits.

  • Nous faisons appel à celles et à ceux qui, comme nous, soutiennent inconditionnellement la société démocratique et laïque ;

Nous voulons nous unir à toutes celles et ceux qui, comme nous, refusent que soit mise en péril la société démocratique et laïque que nous avons mis tant d’années à souhaiter et que nous continuons de bâtir.

Notre mission : Les droits des femmes

Le respect des droits des femmes est un enjeu sociétal puisqu’il est reconnu que l'amélioration de la situation des femmes dans une société bénéficie à toutes et à tous, autant aux femmes qu’aux hommes.

PDF Québec contribue ainsi à la construction d’une société plus juste, plus égalitaire et plus solidaire.

  • En favorisant le changement social pour améliorer les rapports entre les femmes et les hommes et créer une société égalitaire. Réduire les disparités entre les deux sexes, c’est faire en sorte, qu’en fin de compte, ce sont les droits humains qui l’emportent sur toutes les autres considérations.
  • En défendant la protection des droits fondamentaux des femmes à l’égalité et à la dignité, dont la portée est universelle et transcende l’opposition entre « droits des femmes » et « droits culturels et religieux »véhiculés par les tenants du relativisme culturel.
  • En luttant contre la propagande haineuse contre les femmes.
  • En refusant ces nouvelles définitions du féminisme et des femmes qui servent des intérêts sectaires ou communautaristes au détriment des droits des femmes.
  • En créant un mouvement qui sera mixte car c’est ensemble que les femmes et les hommes pourront faire avancer la société et faire respecter les droits collectifs. C’est aussi une façon de reconnaître que, de tout temps, il y a eu des hommes qui ont accompagné les femmes sur la route de l’émancipation. Nous favoriserons donc la mixité de nos membres tout en réservant l’exclusivité de l’administration et de la direction aux femmes.

 

Nos engagements

  • Lutter contre l’infériorisation et les discriminations vécues par nous, les femmes, parce que nées femmes. Les femmes sont encore aujourd’hui défavorisées par la répartition inégale des ressources sociales et économiques. Elles sont aussi trop souvent exclues des prises de décision.
  • Faire des représentations pour que soit mise en pratique la Convention pour l’élimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes (CEDEF), plus connue sous son appellation anglaise de CEDAW.

De par cette convention internationale de l’ONU, signée entre autres par le Canada et entérinée par le Québec, les États se sont engagés à :

« Prendre toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions législatives, pour modifier ou abroger toute loi, disposition réglementaire, coutume ou pratique qui constitue une discrimination à l'égard des femmes » (CEDEF, article 2f).

  • Se solidariser avec les groupes qui œuvrent pour l’abolition de la prostitution et du système qui la permet. Nous appuyons les groupes qui, tout comme en Suède, demandent que soient mises en place des mesures visant à décriminaliser les femmes prostituéeset à les aider à sortir de la prostitution, tout en pénalisant les clients et les proxénètes.
  • Combattre tout autant le sexisme et l’hypersexualisation des femmes et des jeunes filles que le contrôle sexuel, physique et socialqui nous est imposé.
  • Agir en concertation avec d’autres groupes qui œuvrent contre la violence faite aux femmes et la pauvreté.
  • Mettre de l’avant la parité, l’équité salariale, la concertation famille-travail, la protection du droit à l’avortement libre et gratuit, etc.
  • Soutenir la mise en place d’un État laïque québécois, tant au plan de la neutralité des institutions que de celle de ses représentants pour ainsi parachever un des grands défis de la Révolution tranquille.
 
 
50px