50px

PDF.Québec soutient 

50px
Bloc texte

Le 6 décembre 2020

Polytechnique : 31 ans déjà
________________________________________________________


Le 6 décembre 2019

À la mémoire de 14 jeunres femmes tuées le 6 décembre 1989 à l'école polytechnique de Montréal
PARCE QU'ELLES ÉTAIENT DES FEMMES

Cliquez sur la video
 
_______________________________________________________________

Le 6 décembre 201

Se souvenir des femmes assassinées parce qu'elles sont femmes


_____________________________________________________________

Le 6 décembre 2014, commémoration de la tuerie du 6 décembre 1989

Devoir de mémoire
Plusieurs membres de PDF Québec, hommes et femmes, se sont rassemblées sur le site du 6 décembre 1989 à Montréal pour se souvenir des 14 femmes tuées le 6 décembre 1989 à Polytechnique parce qu'elles étaient femmes.

PDF Québec tenait à souligner le nom des 14 femmes assassinées.
Voir les 14 noms ici

Cliquez sur l'image pur agrandir

 

50px
Bloc texte

Appel international pour arrêter les travaux de la conférence
de La Haye visant à réglementer la maternité de substitution.
   
                                                                                       

50px
Bloc texte
50px
Bloc texte

Soutenez le mouvement SAVE WOMEN'S SPORT
Save women’s sport est une coalition de groupe féministes qui demandent au Comité International Olympique (CIO) de suspendre les critères d’éligibilité des athlètes transgenres dans les  compétitions féminines d’athlétisme
____________________


En octobre 2019, l’IAAF (sigle anglophone de l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme) a annoncé qu’elle fixera la limite des niveaux de testostérone aux athlètes nés hommes s’identifiant comme femmes à 5 nm/l (nanomoles par litre de sang). Ces critères d’éligibilité leur permettront de concurrencer des femmes dans les compétitions sportives féminines.

Pour abaisser leur niveau de testostérone naturelle à cette limite, les athlètes nés hommes s’identifiant comme femmes devront prendre de l’œstrogène synthétique. Il est important de rappeler que l’objectif des contrôles de dopage du CIO est de détecter et d’interdire le recours à des hormones synthétiques (mens sana in corpore sano).

L’administration d'hormones synthétiques à un athlète vise normalement à lui procurer, de manière frauduleuse, un avantage sur les autres. On peut penser que le fait d'administrer des hormones synthétiques féminines (œstrogène), à un athlète de sexe masculin, dans le but d’abaisser son niveau naturel de testostérone,  le désavantagerait.

Mais, ceci ne tient pas compte du fait qu’un athlète qui abaissera son taux de testostérone de manière artificielle visera toujours la limite maximale permise.  Cette limite correspond à des niveaux 5 fois plus élevés que la moyenne des athlètes de sexe féminin.  Ce taux de testostérone procurera toujours un avantage.

Les athlètes féminines d’élite ont des niveaux de testostérone naturelle variant entre 0,12 et 1,79 nm/l (pour une moyenne de 0,955 nm/l). À titre informatif, la limite de 5 nm/l de testostérone naturelle a été fixée de manière très large pour s’assurer de ne pas exclure des athlètes féminines qui auraient un niveau anormalement élevé de testostérone naturellement.

AVANTAGES DOCUMENTÉS DE LA TESTOSTÉRONE :

Une étude récente (automne 2019) du comité olympique suédois de la Karolinska University Hospital et publiée dans le British Journal of Sport, concluait que la testostérone augmentait significativement les performances, l’endurance et la masse musculaire des jeunes femmes athlètes à qui on avait administré de la testostérone. Ces avantages étaient mesurés même si les injections de testostérone étaient administrées sur une courte période…

Le comité a noté que :

  • Les niveaux de testostérone administrés (très inférieurs aux niveaux masculins naturels) ont augmenté de 4 fois les performances des athlètes féminines.
  • L’endurance était augmentée de 8 %, ce qui est un avantage énorme dans une compétition de haut niveau.
On a observé que le taux de testostérone de ces athlètes a grimpé de 0,9 nm/l à 4,3 nm/l et que leur endurance à la course a été augmentée de 21,17 secs (8,5 %). Leur masse musculaire a augmenté de 923 g. !

L’étude conclut que :
« The study supports a causal effect of testosterone in the increase in aerobic running time as well as lean mass in young, physically active women. (L'étude soutient un effet causal de la testostérone dans l'augmentation du temps de course aérobie ainsi que de la masse maigre chez les jeunes femmes physiquement actives.) »
 

 

50px
Bloc texte

Liberté d'expression


Charlie Hebdo au travers de ses unes / cliquez sur l'image

Cliquez pour voir les caricatures



50px